L'économie du livre en 2027 - Partie V

Précédent


En 2027, GalliGraSeuil est là et bien là, sous une forme différente peut-être, mais son fonds de titres bien exploité le protège et le conforte dans une position stratégique. En effet la course au catalogue fait rage. Le nouvel or n'est plus le bitcoin, mais l'oeuvre de fiction de qualité.


L'indicateur ultime permettant de comparer la performance des néo-éditeurs et des plate-formes de contenus interactifs est la vitesse de production d'heures de loisirs fictionnels de qualité rapportée à l'investissement. Les chiffres sont éloquents. Depuis que le monde est monde, l'humanité a produit quelques milliards de titres de livres mais seulement quelques dizaines de millions de titres vidéo à visée commerciale (films, téléfilms, épisodes de séries). Il est possible d'envisager dans un avenir relativement proche que chaque être humain soit identifié par son livre préféré, différent de celui du voisin. 9 milliards de livres pour 9 milliards d'humains, plus besoin de carte d'identité. On est encore loin du compte coté documents vidéo et dérivés.


Et si Netflix s'essoufflait ?



Cela fait déjà quelques années que l'institution en ligne a du mal à se renouveler, pas en quantité, mais surtout du point de vue du style. Le réemploi des mêmes artistes dans une multitude de séries produites à la chaîne ayant lassé le public, de nouvelles têtes sont apparues. Mais cela ne suffit pas. Il est de plus en plus difficile d'inventer des fictions qui créent la surprise. Le processus de scénarisation, art pourtant très maîtrisé par ses équipes, ne parvient plus à accoucher d'oeuvres vraiment originales.


Les abonnés eux-mêmes sont maintenant très au fait des techniques de construction de fictions, lesquelles ont fait l'objet de multiples documentaires interactifs les informant sur la façon de créer sensations et émotions de façon quasi-industrielle. Les visionautes ne veulent plus de ces recettes, que des blogueurs influenceurs décodent et démystifient tous les jours (certains sites de blogueurs sont aussi fréquentés que les plate-formes qu'ils scrutent à longueur de journée). La plate-forme Netflix devient elle-même un sujet de fiction!


Et GaliGraSeuil dans tout ça ? Un temps à la traine, l'éditeur reprend l'avantage en créant des processus de génération semi-automatique de documents vidéo à partir de son fonds. Le potentiel est énorme, ce fonds étant très varié en contenu, surtout les vieux titres de la deuxième moitié du vingtième siècle. Aucun acteur en chair et en os ne joue ces fictions, seuls des personnages de synthèse créés et animés par des algorithmes ultra-sophistiqués incarnent des héros de romans mais aussi de contes, poèmes et pièces de théâtre.


Pour information, voici deux liens donnant une idée de la profondeur des fonds livresques et vidéo de l'humanité.


https://en.wikipedia.org/wiki/IMDb


https://fr.wikipedia.org/wiki/WorldCat



Précédent


Inked by Scenent 被場景繪製 Bèi chǎngjǐng huìzhì

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout